Après la perte de son unité politique du fait de la disparition de l'Empire romain d'Occident, au Vème siècle, la péninsule voit invasions et divisions internes se poursuivre, ce qui conduit à la création et à la chute rapide de micro-Etats (principautés, royaumes, duchés...) souvent en butte aux visées stratégiques des puissances étrangères.


Le Moyen-Age

La seule puissance en mesure de préserver et de poursuivre la culture latine fut l'Église romaine d'Occident, aussi bien par l'intermédiaire du  monachisme (sorte de repli volontaire tourné vers la méditation) que par la création d'un pouvoir temporel au coeur de l'Italie, les États pontificaux (ratachés au reste de l'Italie en 1870).
Ceux-ci furent capables de s'opposer avec succès aux  nouvelles invasions, comme celle des Longobards (Lombards), et à l'influence des autres puissances européennes, Francs, Empire byzantin et Saint Empire romain germanique.

Au sud, début XIème, l'invasion des Normands réussit à implanter un pouvoir fort, qui se perpétue avec l'invasion espagnole, contrairement à ce qui se passe au nord avec la disparition progressive du féodalisme.

Au début du Xème siècle, les turbulences politiques conduisent à une autonomie croissante des villes italiennes du centre-nord, qui marque les prémices du capitalisme d'aujourd'hui (création de nouveaux instruments financiers permettant le développement du crédit et facilitant la circulation de la monnaie). C'est le début d'une nouvelle ère de prospérité économique et culturelle, qui dure jusqu'au XVIème siècle et parachevée par le grand développement intellectuel et artistique de la Renaissance.

Afin de défendre leur autonomie tant à l'égard de l'Empire au nord que des invasions arabes au sud, les Communes (Génes, Florence, Milan...) commencent à édicter des lois destinées à combattre l'influence papale ou féodale.
La poursuite des conflits entre l'Empire et l'Église entraîne au XIIIème siècle la division des cités et de la noblesse, aux prises entre Guelfes (pro-papauté) et des Gibelins (pro-Empire). Les Croisades sont une autre illustration de cette conjonction de motivations religieuses et politico-économiques, volonté farouche de contrecarrer l'expansion islamique et de favoriser les échanges avec l'Orient.

En ce qui concerne les formes de gouvernement de l'époque, on assiste à l'apparition de gouvernements liés à des familles nobles et "Signorie" (comme les familles Visconti et Sforza à Milan, les Gonzague à Mantoue, les Este à Ferrare et les Savoie) ou encore de gouvernements liés à une conception républicaine de l'exercice du pouvoir (comme à Venise, Gênes et Florence, pour cette dernière avant l'avènement des Médicis).


En savoir plus

Sources : Italie .com

Page précédente.../ Haut de page...

Venez nous retrouver sur le forum, fraîchement ouvert à vos partages d'expérience. A bientôt :*)

Plus >

Italie.com, guide voyage gratuit pour connaître l'Italie de A à Z